Transfert d'hôpital

Publié le par Moietdamenature

Au bout de 2 jours, on me transfère en chambre de travail avec un suivi encore plus près, ils sont inquiets pour mes reins qui ne fonctionnent quasiment plus alors que ma tension semble se stabiliser. L'idéal serait donc de m'accoucher, mais impossible de le faire ici, ils ne sont pas assez équipés. Le gynéco de garde vient me faire une écho pour vérifier que les bébés vont bien, sont bien alimentés et ont un poids correct. Ils sont estimés à 2kg chacun. Une ambulance va venir me chercher pour m'emmener à Jeanne de Flandres. J'appelle mon mari pour l'avertir car il est parti faire les derniers achats indispensables pour l'arrivée de nos loulous. C'est le SAMU qui vient me chercher, je suis un peu surprise car n'estime pas mon transfert comme étant une urgence à ce point-là. Ils m'expliquent que vu qu'il faut surveiller mes constantes pendant le transfert ce sont eux. Nous voilà partis avec le gyrophare, ça me stresse, ma tension augmente encore ..

Finalement on arrive à l'Hôpital Saint Vincent de Paul car à JDF, ils n'ont plus qu'un berceau dispo en néonat. Je n'ai jamais entendu parlé de cet établissement et ne suis pas très rassurée. Arrivée en urgence gynéco, je demande s'ils prennent bien en charge les grossesses aussi avancées, ils les prennent à partir de 30SA. Deux couveuses nous sont déjà réservées en néonat, il n'y a pas d'inquiétude à avoir, ils ont l'habitude. On me change la perfusion qui doit faire fonctionner mes reins car ça donne des montées de tension et n'est donc pas très approprié. Le suivi sera le même que dans ma clinique, on me surveille de près en essayant de gagner des jours pour accoucher le plus tard possible. Si je tiens assez longtemps il est même possible que je retourne accoucher dans ma clinique comme prévu initialement. Ils sont assez confiants, les traitements donnés ont l'air de stabiliser mon état. Certes les analyses se dégradent mais lentement, le tout est de s'assurer que ça continue comme ça, dès que c'est trop critique pour mon état de santé on déclenchera. Je me sens bien donc je suis confiante moi aussi et me dis que je vais tenir jusque la date prévue, c'est juste que je ne suis pas chez moi. 3 jours plus tard, on m'avertit que je fais un début de Hellp Syndrome : le foie commence à déconner lui aussi mais rien d'alarmant pour l'instant, on continue le suivi régulier des analyses en espérant que ça continue à évoluer lentement pour laisser les bébés se développer un peu plus.

3h plus tard, je ne me sens pas bien, je sonne, une infirmière vient me voir. Je lui explique ne pas me sentir bien, je ne sais pas ce qui ne va pas, mais j'ai l'impression que je vais tomber dans les pommes, j'ai un gros coup de chaud. La sage-femme arrive en courant me prend ma tension : 17/11. Le médecin arrive aussi, pas de choix on va me déclencher, avec une telle tension il y a un risque pour les bébés. Je préviens mes parents de ne pas passer me rendre visite, et préviens mon mari d'accourir que c'est le grand jour. Mon mari a une heure de route, va-t-il arriver à temps, va-t-il me retrouver ?! Je commence à paniquer .. Je ne sais pas à quoi m'attendre. On devait visiter le service de néonatalogie pour qu'on nous explique les soins, dans quel état seront nos enfants à ce stade mais on n'en a pas eu le temps ..

Commenter cet article